Archives de mars, 2012

Divergent: les factions

Publié: mars 1, 2012 dans Divergent
Bon ok ça fait 10 mois que je n’ai plus rien posté par ici… Je voudrais dire que j’ai une raison mais je n’en ai pas mis à part la pure et simple paresse xD

Et aussi j’ai perdu des fichiers sur mon ordi entre temps et je n’avais pas envie de tout réécrire.

Ah la joie de l'anonymat et de la non responsabilité sur l'internet!

Quoi qu’il en soit, me voici avec mon premier billet (qui n’est pas sur Eternels de Alyson Noël) mais sur Divergent de Veronica Roth! Ma critique poussée de ce roman se composera en plusieurs parties et aujourd’hui nous verrons… les factions!

Je rappelle que c’est une critique lourde en spoiler! Lisez à votre propre discrétion!

Eeeeeeeeeet c’est parti mon kiki!

Procédons vite mais procédons bien !

Belle couverture, c'est déjà +1 pour ma biblio.

 

Les factions

L’idée d’une séparation de la ville en faction de personnalité est bonne, et je dirais même excellente. Cela me fait rappeler un peu le système des maisons de Poudlard dans Harry Potter : 4 maisons et un choix qui influencera toute une vie. Cependant, tout comme les 4 maisons de Poudlard, les 5 factions de Divergent sont un peu défectueux, dans le sens où c’est logique en théorie mais pas tellement en pratique.

C'est étonnant comme Lindsay Lohan exprime bien mes sentiments. Ca, ou Mean Girls est le meilleur film de tous les temps.

Tout d’abord, récapitulons les factions :

-les Altruistes : la faction d’origine de Tris, les Altruistes doivent mettre en pratique l’abnégation de soi pour pouvoir diriger la ville pour le bien de tous. Ils prennent aussi en charge les sans-faction et veillent à leur survie et leur santé. Leur ennemi est l’égoïsme.

les Audacieux : c’est la faction des gens courageux, qui prennent des risques et dont leur métier principal serait de protéger la ville. Ils doivent avoir le sang froid et être très compétents en matière de travail physique et de combat. C’est là que choisit Tris d’aller.

les Erudits : en gros la faction des intellos. Ils passent leur journée à faire des recherches sur tout et n’importe quoi, dont les sérums qui auront un immense rôle dans le roman.

les Sincères : la faction des gens qui ne mentent pas ; en clair c’est tous des gros connards mais au moins on sait où s’en tenir avec eux. Apparemment ils s’occupent de la justice, puisqu’ils ne mentent jamais et donc on peut leur faire confiance.

les Fraternels : la faction qui sert à rien. C’est la faction des gens heureux, des gens qui éviteront tout conflit pour une vie commune bienheureuse. Leur job… je ne suis pas sûre qu’ils en ont un spécifique. Ptêtre la médecine? On parle très peu des Fraternels.

Et enfin une faction qui n’en est pas vraiment une : les sans-faction, c’est-à-dire l’ensemble de toutes les personnes qui n’appartiennent à aucune faction ; soit parce qu’ils ont raté leur initiation, soit parce qu’ils ont trahi leur faction ou l’une de leur valeur.

Apparemment ce système de factions fonctionne en harmonie et n’a pas connu de meurtres depuis des années… ou presque puisque Tris apprend le meurtre du frère de Tori et qu’elle-même est victime d’une tentative de meurtre.

Et pourtant une tentative de meurtre n'est qu'une façon entre mille de dire "je t'aime", je ne sais pas pourquoi ça n'arrive pas plus souvent!

Mais la question se pose : comment donc en sont-ils parvenus à un système pareil et surtout, comment ont-ils réussi à le maintenir assez longtemps ? Il est tout simplement impossible qu’une personne reste sincère tout le temps, par exemple, ou qu’elle fasse preuve continuellement d’abstraction de soi ! L’une des conditions humaines est sa complexité, comment donc une humanité pareille aurait-elle réussi à tenir ? Une personne a besoin d’être égoïste de temps en temps, ou de mentir, ou de se disputer, ou d’être con ou peureux. Ce système ne rime à rien. Il est trop rigide, trop étroit.

Maintenant vous allez me dire que justement on peut observer dans le roman que ce système tombe en miettes et donc il est forcément défectueux, et que même Tris et ses amis le remarquent, mais la raison pour laquelle il tombe en miettes n’est pas que la société se rend compte que vivre en se tenant à une seule et unique caractéristique et ligne de conduite est invivable, mais à cause du soif de pouvoir. Jeanine manipule les Audacieux pour le pouvoir. Les leaders Audacieux se laissent manipuler pour le pouvoir.

La seule raison pour laquelle une rébellion se met en forme est à cause d’un essai de prise de pouvoir ! Je me demande si Jeanine n’avait pas essayé son coup, Tris aurait-elle essayé de changer la mentalité des Audacieux ? J’aimerais penser que oui, mais nous n’aurons jamais la réponse.

Cependant si la faction n’était en fait que la caractéristique prédominante d’un individu, cela ne poserait pas de problème. Une personne pourrait être « fraternelle » la plupart du temps et n’avoir, disons, seulement eu qu’une seule grosse dispute de toute sa vie, ou encore une personne pourrait être sincère 99% de son temps et quand même mentir une fois de temps en temps, ne serait-ce qu’en répondant à la question « ça va ? » par « oui ça va. »

Le problème ici est que cette caractéristique est plus qu’un aspect de personnalité : c’est un ordre, une épée de Damoclès. Si l’on est Sincère et que l’on se fait attraper en mentant une fois, on se fait rejeter. Si l’on est Fraternel et que l’on s’énerver un peu, bye bye. Les gens deviennent des sans-faction parce qu’ils sont humains ! Et à ce moment-là les factions n’existeraient plus pour la simple et bonne raison que tout le monde serait un sans-faction ! Plus encore… tout le monde est théoriquement un Divergent! Mais je développerai cette idée dans un autre billet.

C’est pour cela que je dis que l’idée est bonne en théorie et non en pratique.

De plus une chose me chipote un peu à propos des métiers. Il semblerait que chaque faction possède un champ de métier propre. Mais un métier ne se base pas sur un seul trait de personnalité… Par exemple : comment donc un Fraternel pourrait être médecin s’il n’est pas aussi Erudit ? La médecine ne s’apprend pas en une journée ! Ou encore, chez les Audacieux, un mois d’entrainement et une seule épreuve finale vous permets d’accéder à une position d’apprenti leader !

Tout ça parait arbitraire et pas très pensé profondément et un peu enfantin. En plus une vie en société ne se limite pas à cinq champs de métiers.

 

La joie de finir un article ne vient pas du sentiment d'un travail bien fait mais de la satisfaction de pouvoir enfin aller se soulager sur le trône.

C’est tout ce que j’ai à dire sur le système des factions en général. J’espère vivement quand dans le prochain tome on apprendra plus sur les sans-faction car je pense qu’il peut s’y trouver une vraie germe ! En attendant, mon prochain billet se concentrera sur les Audacieux en particulier alors je vous souhaite une bonne journée/soirée et à bientôt =)

Et n’oubliez pas que je suis ouverte à toute critique ou commentaire !

Ps: ici vous trouverez mon avis sur le roman, spoiler-free et plus général.