Divergent: les factions

Publié: mars 1, 2012 dans Divergent
Bon ok ça fait 10 mois que je n’ai plus rien posté par ici… Je voudrais dire que j’ai une raison mais je n’en ai pas mis à part la pure et simple paresse xD

Et aussi j’ai perdu des fichiers sur mon ordi entre temps et je n’avais pas envie de tout réécrire.

Ah la joie de l'anonymat et de la non responsabilité sur l'internet!

Quoi qu’il en soit, me voici avec mon premier billet (qui n’est pas sur Eternels de Alyson Noël) mais sur Divergent de Veronica Roth! Ma critique poussée de ce roman se composera en plusieurs parties et aujourd’hui nous verrons… les factions!

Je rappelle que c’est une critique lourde en spoiler! Lisez à votre propre discrétion!

Eeeeeeeeeet c’est parti mon kiki!

Procédons vite mais procédons bien !

Belle couverture, c'est déjà +1 pour ma biblio.

 

Les factions

L’idée d’une séparation de la ville en faction de personnalité est bonne, et je dirais même excellente. Cela me fait rappeler un peu le système des maisons de Poudlard dans Harry Potter : 4 maisons et un choix qui influencera toute une vie. Cependant, tout comme les 4 maisons de Poudlard, les 5 factions de Divergent sont un peu défectueux, dans le sens où c’est logique en théorie mais pas tellement en pratique.

C'est étonnant comme Lindsay Lohan exprime bien mes sentiments. Ca, ou Mean Girls est le meilleur film de tous les temps.

Tout d’abord, récapitulons les factions :

-les Altruistes : la faction d’origine de Tris, les Altruistes doivent mettre en pratique l’abnégation de soi pour pouvoir diriger la ville pour le bien de tous. Ils prennent aussi en charge les sans-faction et veillent à leur survie et leur santé. Leur ennemi est l’égoïsme.

les Audacieux : c’est la faction des gens courageux, qui prennent des risques et dont leur métier principal serait de protéger la ville. Ils doivent avoir le sang froid et être très compétents en matière de travail physique et de combat. C’est là que choisit Tris d’aller.

les Erudits : en gros la faction des intellos. Ils passent leur journée à faire des recherches sur tout et n’importe quoi, dont les sérums qui auront un immense rôle dans le roman.

les Sincères : la faction des gens qui ne mentent pas ; en clair c’est tous des gros connards mais au moins on sait où s’en tenir avec eux. Apparemment ils s’occupent de la justice, puisqu’ils ne mentent jamais et donc on peut leur faire confiance.

les Fraternels : la faction qui sert à rien. C’est la faction des gens heureux, des gens qui éviteront tout conflit pour une vie commune bienheureuse. Leur job… je ne suis pas sûre qu’ils en ont un spécifique. Ptêtre la médecine? On parle très peu des Fraternels.

Et enfin une faction qui n’en est pas vraiment une : les sans-faction, c’est-à-dire l’ensemble de toutes les personnes qui n’appartiennent à aucune faction ; soit parce qu’ils ont raté leur initiation, soit parce qu’ils ont trahi leur faction ou l’une de leur valeur.

Apparemment ce système de factions fonctionne en harmonie et n’a pas connu de meurtres depuis des années… ou presque puisque Tris apprend le meurtre du frère de Tori et qu’elle-même est victime d’une tentative de meurtre.

Et pourtant une tentative de meurtre n'est qu'une façon entre mille de dire "je t'aime", je ne sais pas pourquoi ça n'arrive pas plus souvent!

Mais la question se pose : comment donc en sont-ils parvenus à un système pareil et surtout, comment ont-ils réussi à le maintenir assez longtemps ? Il est tout simplement impossible qu’une personne reste sincère tout le temps, par exemple, ou qu’elle fasse preuve continuellement d’abstraction de soi ! L’une des conditions humaines est sa complexité, comment donc une humanité pareille aurait-elle réussi à tenir ? Une personne a besoin d’être égoïste de temps en temps, ou de mentir, ou de se disputer, ou d’être con ou peureux. Ce système ne rime à rien. Il est trop rigide, trop étroit.

Maintenant vous allez me dire que justement on peut observer dans le roman que ce système tombe en miettes et donc il est forcément défectueux, et que même Tris et ses amis le remarquent, mais la raison pour laquelle il tombe en miettes n’est pas que la société se rend compte que vivre en se tenant à une seule et unique caractéristique et ligne de conduite est invivable, mais à cause du soif de pouvoir. Jeanine manipule les Audacieux pour le pouvoir. Les leaders Audacieux se laissent manipuler pour le pouvoir.

La seule raison pour laquelle une rébellion se met en forme est à cause d’un essai de prise de pouvoir ! Je me demande si Jeanine n’avait pas essayé son coup, Tris aurait-elle essayé de changer la mentalité des Audacieux ? J’aimerais penser que oui, mais nous n’aurons jamais la réponse.

Cependant si la faction n’était en fait que la caractéristique prédominante d’un individu, cela ne poserait pas de problème. Une personne pourrait être « fraternelle » la plupart du temps et n’avoir, disons, seulement eu qu’une seule grosse dispute de toute sa vie, ou encore une personne pourrait être sincère 99% de son temps et quand même mentir une fois de temps en temps, ne serait-ce qu’en répondant à la question « ça va ? » par « oui ça va. »

Le problème ici est que cette caractéristique est plus qu’un aspect de personnalité : c’est un ordre, une épée de Damoclès. Si l’on est Sincère et que l’on se fait attraper en mentant une fois, on se fait rejeter. Si l’on est Fraternel et que l’on s’énerver un peu, bye bye. Les gens deviennent des sans-faction parce qu’ils sont humains ! Et à ce moment-là les factions n’existeraient plus pour la simple et bonne raison que tout le monde serait un sans-faction ! Plus encore… tout le monde est théoriquement un Divergent! Mais je développerai cette idée dans un autre billet.

C’est pour cela que je dis que l’idée est bonne en théorie et non en pratique.

De plus une chose me chipote un peu à propos des métiers. Il semblerait que chaque faction possède un champ de métier propre. Mais un métier ne se base pas sur un seul trait de personnalité… Par exemple : comment donc un Fraternel pourrait être médecin s’il n’est pas aussi Erudit ? La médecine ne s’apprend pas en une journée ! Ou encore, chez les Audacieux, un mois d’entrainement et une seule épreuve finale vous permets d’accéder à une position d’apprenti leader !

Tout ça parait arbitraire et pas très pensé profondément et un peu enfantin. En plus une vie en société ne se limite pas à cinq champs de métiers.

 

La joie de finir un article ne vient pas du sentiment d'un travail bien fait mais de la satisfaction de pouvoir enfin aller se soulager sur le trône.

C’est tout ce que j’ai à dire sur le système des factions en général. J’espère vivement quand dans le prochain tome on apprendra plus sur les sans-faction car je pense qu’il peut s’y trouver une vraie germe ! En attendant, mon prochain billet se concentrera sur les Audacieux en particulier alors je vous souhaite une bonne journée/soirée et à bientôt =)

Et n’oubliez pas que je suis ouverte à toute critique ou commentaire !

Ps: ici vous trouverez mon avis sur le roman, spoiler-free et plus général.

 

Publicités
commentaires
  1. Anou dit :

    Je découvre ce blog suite à ton commentaire, et je dois dire que je viens de faire une très très bonne découverte !! Ton article est superbe, tellement drôle et bien écrit ! Vraiment, je suis sous le charme.. (Et j’aime beaucoup les petits gifs toujours très pertinents qui ponctuent tes remarques..) (D’ailleurs, j’ouvre une autre parenthèse pour te dire que personnellement, je trouve le film « Mean girls » très drôle et très second degré, et que j’ai déjà pris plaisir à le regarder plusieurs fois !)

    Sinon, sur le fond, je suis tout à fait d’accord avec ton analyse de la société dans « Divergent », même si au final je suis étrangement parvenue à faire abstraction de tout cela pour plonger totalement dans le roman et l’apprécier.. Mais c’est vrai qu’on se demande comment une société comme celle-ci a pu tenir aussi longtemps, et comment elle n’a pas éclaté depuis belle lurette. Moi ce qui me turlupine, c’est que normalement il devrait aussi y avoir beaucoup plus de transferts qu’il ne semble y en avoir.. Ne serait-ce que par esprit de contradiction envers ses parents, j’imagine que de nombreux jeunes auraient dû choisir une autre faction que la leur..

    Sur cette remarque, je te laisse en te félicitant encore une fois pour la qualité de tes articles !

    • Merci pour ce long et magnifique commentaire =)! Ca me fait plaisir! (Mean Girls me fait tellement rire, je le regarde régulièrement quand j’ai un petit coup de pompe pour me remonter le moral xD)

      En effet, à propos des transferts ça m’a aussi étonné, mais peut-être que le fait que c’est un choix à vie a calmé les ardeurs rebelles? Moi ce qui m’étonne, et je vais le développer dans un prochain article, c’est que tous les transferts ne sont pas Divergents. Parce que si j’ai bien compris la mère de Tris, les Divergents sont ceux qui ne se sont pas conformés aux moules proposés par les factions grâce à l’éducation; or chaque transfert choisit un avenir différent de ce qu’il a appris toute sa vie… Donc ils devraient être Divergents aussi non?

      Je sais pas si j’arrive à exprimer mon idée parce que je l’ai pas encore structurée dans ma tête mais bon ça me chiffonne xD

      En tout cas merci encore! J’espère que j’arriverai à écrire mes articles pour ce blog plus régulièrement que l’autre, mais j’essaye de faire primer la qualité avant tout ^^!

  2. Anou dit :

    Juste un petit message de FOND (soyons sérieux 2 minutes..).
    Je crois que la divergence est une particularité génétique, ou biologique, ou physiologique (ça se voit que je ne maîtrise pas vraiment ces termes ?), qui n’a selon moi rien à voir avec les choix que l’on peut faire dans la vie.. Tris est divergente, comme elle aurait pu être hémophile ou avoir le cœur à droite, ne penses-tu pas ? Ce qui expliquerait pourquoi de nombreux gens sont transferts mais non divergents… D’ailleurs j’ai oublié, sa mère était-elle aussi une divergente au final ou uniquement une transfert ?
    Je pense que l’absence d’explications sur la notion de divergence est un peu ce qui pèche dans ce livre, même si par ailleurs je l’ai beaucoup apprécié. Pendant tout le livre, on nous dit que Tris est divergente, et on insiste lourdement sur ce fait (oh les boules elle est divergente ! il faut surtout pas qu’elle le dise sinon elle va mourir ! elle est en danger de mort et tout et tout et sa famille aussi par la même occasion, et on peut le voir à travers ses rêves, ses hallucination, sa façon de parler tout…).
    Mais au final qu’est-ce qu’on en apprend sur la divergence ? Quasiment rien ! On n’en sait pas beaucoup plus en tout cas.
    Je trouve que la balance entre mystères et révélations n’est pas assez équilibrée dans ce livre, on n’en apprend pas autant qu’on pourrait en apprendre, ce qui nous donnerait pourtant encore plus envie de lire la suite !
    Mais peut-être que l’auteur n’avait pas encore trouvé son explication, et qu’elle est en train de la chercher pour pouvoir écrire son tome 2 je ne sais pas..
    Enfin, quand je dis ça on a l’impression que j’ai trouvé tout nul dans ce bouquin, alors je le répète je l’ai trouvé très bien, c’est juste que je l’aurais sans doute trouvé encore mieux s’il n’y avait pas eu ces quelques points sur lesquels nous dissertons.

    Un autre truc qui m’a semblé bizarre, c’est que si Quatre était divergent, ses supérieurs auraient dû eux aussi s’en rendre compte durant son initiation non ?
    Et puis le frère de Tris dont j’ai oublié le nom, on apprend à la fin qu’il s’est fait virer de chez les Érudits, mais du coup c’est vraiment un personnage qui sert à rien au final ? Il n’a même pas pu aider sa sœur ! J’aime beaucoup dans les livres, quand il y a des personnages comme ça qui sont inutiles.. Pourtant au début, on aurait pu croire qu’il serait important, mais non pas de bol..

    C’est comme les fraternels en fait, en effet comme tu le dis si bien dans ton article, ils ne servent pas à grand chose dans ce premier tome (je pense qu’ils seront importants dans le tome 2). Je pense quand même que tout le monde devrait se retrouver dans cette faction au final, par élimination, parce qu’être tout le temps sincère, érudit, courageux ou altruiste, ça me semble quand même plus compliqué qu’être fraternel. D’autant plus que comme on ne leur demande pas en plus de leur fraternité d’être honnêtes ou altruistes (qualités des autres factions), au final leurs relations peuvent très bien être factices, superficielles et hypocrites : tout le monde se parle mais personne ne s’aiment réellement..
    (Je crois que je divague, j’arrête là..)

    • Oui en effet ça pourrait être biologique… Tris mentionne plusieurs fois qu’elle a un « cerveau différent des autres », ça veut peut-être dire ça? En tout cas cette théorie a l’air de tenir la route, mais maintenant faut savoir comment ça se fait. Ca me plait bien =p! Et oui, sa mère est divergente; pour se protéger, elle a été chez les Altruistes sous le conseil de sa propre mère (heureusement que j’ai mon exemplaire à portée de main ha ha).

      Maintenant que tu pointes le doigt dessus, je comprends enfin ce qui m’embête le plus. Parce qu’au fond ce qui me faisait tiquer n’étaient que des détails, mais le fait que la divergence n’est jamais expliquée clairement alors qu’on en fait tout un foin est très frustrant. C’est le titre du roman, c’est l’élément principal de toute l’intrigue et on reste tout de même avec une tonne de questions à la fin. Espérons que dans le prochain tome on en saura plus ^^

      On ne sait rien sur le pauvre Caleb, mais vu qu’il est avec Tris à la fin du 1, y a de grandes chances qu’il fera ses preuves dans le 2.

      C’est sûr, je préfèrerai aller chez les Fraternels à tous les coups xD En plus il semblerait que c’est les seuls qui ont une portée sur l’art… je vois pas trop pourquoi mais voilà /o/

      J’ai beaucoup aimé le livre, moi aussi, et j’ai trop hâte de lire le 2, mais je peux pas m’empêcher de me poser 1001 questions en lisant et de trouver tous les petits défauts. C’est une manière de lire comme une autre ha ha, perso j’adore ça mais on m’a déjà dit que je me cassais la tête pour rien. En tout cas moi je dis que tant qu’on s’amuse et qu’on empêche pas les autres de s’amuser, y a pas de problème x)

      (j’aime bien les divagations, y a pas à s’inquiéter!)

      • Anou dit :

        Partons sur le côté biologique de la « divergence » donc.. Et merci pour l’info sur la maman, j’ai rendu mon exemplaire à la bibliothèque depuis bien longtemps !
        J’espère comme toi que le tome 2 nous en révèlera davantage sur cette satanée divergence, et puis sur le personnage de Caleb (merci pour le prénom que j’avais lui aussi oublié)..
        Je suis contente aussi que le site de l’auteure t’ait plu, c’est vrai qu’elle semble avoir un bon humour !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s